Vanité des vanités
Hommage au plat pays
Coeur vaillant

DÉMARCHE ARTISTIQUE

 

Artiste peintre et écrivaine, je suis influencée par la littérature et l’art fantastique. Mais je trouve également mon inspiration dans le contact avec la nature et les animaux. Lorsque je crée, les sensations d’une balade en raquettes dans la neige, du galop d’un cheval ou du vol d’un pygargue au dessus du Saint-Laurent me reviennent à l’esprit et je me laisse envahir par les émotions qui me submergent. Mon art est une vision, celle d’une nature sauvage et authentique, mais aussi celle des temps passés et à venir, que je transpose ensuite avec fureur et passion, sur la toile et le papier. Art et écriture, tout est lié. Au fond, je raconte des histoires peintes à la main et en couleur, dans mes livres et dans mes toiles.
J’éprouve une véritable fascination pour le dessin qui, pour moi, représente l’architecture de l’univers. Même si le trait n’est pas apparent, les oeuvres des grands maîtres tels que Raphaël, Ingres ou Delacroix sont toutes structurées par un dessin solide, qui favorise l’expression artistique. J’aime le dessin pur qui permet de tracer en quelques coups de crayon l’esprit de l’oeuvre en devenir. Mais le dessin n’est pas tout. Au-delà du trait, il y a la matière, la couleur, la texture. La peinture apporte une dimension supplémentaire à l’oeuvre en lui donnant l’illusion des trois dimensions.
Je travaille à l’ancienne et fais tout à la main : je monte mes toiles puis les encolle avec de la colle de peau et les enduis avec du gesso préparé selon une recette maison avant de broyer les couleurs à partir de pigments et de préparer huiles et vernis. Il m’est même arrivé de ramasser de la terre dans des champs pour préparer mes couleurs. Bien sûr, cela prend un temps fou et c’est une démarche totalement anachronique à l’heure de la création sur ordinateur et de la peinture rapide à l’acrylique. Mais j’aime prendre mon temps, le temps de la création.
Selon l’historien d’art Georges Didi-Huberman, la peinture pense. La peinture permet de traduire des pensées et des émotions que l’écriturepeine à transmettre. C’est une alchimie, au sens propre du terme : chimie des couleurs, superposition des vernis, textures et matières.Lentement, touche par touche, coup de pinceau après coup de pinceau, l’oeuvre émerge du chaos et prend vie.
Dans les années 90, j’aiemprunté la voie du surréalisme pour créer des univers fantastiques inspirés de l’antiquité. Dans les années 2000, j’ai commencé à ressentir le besoin de se rapprocher de la nature et je me suis tournée vers le paysage. J’ai aussi cherché à mieux comprendre l’univers de l’art contemporain et poursuivi des études d’art jusqu’au niveau du doctorat, pour finalement revenir aux sources primordiales de la peinture : une toile ou un panneau de bois, des pigments, de l’huile, des brosses.Aujourd’hui, je m’efforce de faire la synthèse entre figuratif et surréalisme pour exprimer les visions qui m’assaillent. La peinture est une respiration et chaque coup de pinceau est le prolongement du souffle. Mon credo : un coup de pinceau, un souffle. Le souffle de la vie et du rêve.
Peintre et écrivaine, je me considère en fin de compte comme une artiste visionnaire.

Je souhaite acheter une oeuvre d’Isabelle Frot

Commentaire(s)