POÈT’ART – Octobre 2015

La couleur du temps

 

Comme un soir où je descendis de mes pensées les hauteurs

L’air aigri et froid m’éloignait de mes ardeurs.

Cheminant vers ce blanc où les nuages s’allongeaient

Mon spectre prenait le temps pour danser ou se loger.

Je vide de mes délires le sac de mes oublis

Là où la pesanteur du temps me dédoublait.

Avide à découvrir ce que demain mijotait pour mes projets

Le temps me pousse et ramasse mes sujets.

Et je demeure sur son chemin tel un étranger effaré.

Tel un soldat de ses armes séparé.

Et on oublie que le temps est un refrain de tant de couleurs

Là où le bonheur disparaît ressurgit un fragment de malheur.

© SaId Lahsobi

—————————————————————————————————————

ÉCLATS D’ÈRES

 

Comme le temps passe et ne regarde plus derrière

comme les étoiles brillent sur toi

d’une lumière enveloppante

tel le soleil d’un monde dans tes yeux

et sur ton cœur, une rose impérissable

 

Comme le temps passe sans faire marche arrière

comme les matins s’empilent sur l’hier

d’un fil qui avance, se lisse ou s’entortille

que le sablier est long de courtes heures

et la chute des grains écourtée de longues vrilles

 

Comme le temps passe et ne regarde plus derrière

comme la lune porte ses songes dans nos têtes d’argile

que l’instant se trace des lignes sur nos visages de rien

tel le violacé afflue dans notre sang, dans nos veines

comme il est immense, clair et dense

le temps qui penche

© N o é m i  T h é b a l t
D A M E  V E R T I G I N E U S E  

Poétesse constellée, Bouche timbrée de grande voix,
Aguicheuse de notes, Étoile multidisciplinaire 
& Entrepreneure fervente polarisée

NoemiCafard.wordpress.com 

—————————————————————————————————————

La couleur du temps

 

Do not fear the effect of

patience that every

building entailed

through time

 

Deranged delight and an

excuse to open up,

time of a misunderstanding

Do not fear

 

Volupté dérangée et prétexte à s`ouvrir,

le temps d`un malentendu

 

Dérangée volupté et s`ouvrir à prétexte,

d`un malentendu le temps

 

Ne pas craindre l`effet de la

patience que toute

construction exige à

travers le temps

 

Rhétorique inventée

le temps d`un périple

 

Invented rhetoric, time of a trip

 

Mélangeons des perceptions

instaurées par la

tentative d`assimiler

des astres

Mixing perceptions

established by the

attempt to integrate

a celestial body

 

Nous percevons des tâches

lorsqu`il s`agit de

certitudes depuis

trop longtemps

éteintes

 

We perceived tasks

when it is about

certainty long gone

 

Décrire la possibilité d`accorder

du mérite à la vraisemblance

 

To describe the possibility

to agree on

the virtue of

verisimilitude

 

I was referring to

a document that has

become unlisted

when I was walking

my way toward

another library

Éperdument, cette

infernale libération

héritait des écrits

évités pendant trop

longtemps

 

Madly, this infernal release

inherits from avoided

written texts since

too long

 

© Vincent Bergeron
Artiste Multidisciplinaire
514-273-0463
1-438-6201

—————————————————————————————————————

LE FÉMININ SACRÉ

line_blouin

L’être humain est un pays.
Le féminin, un parcours.
Le Sacré Féminin, un temple.

Je suis le germe et la fleur,
Le nectar et le vent,
La Source et l’Accomplissement.

Je touche les effluves immortelles du temps,
au cœur de mon ventre, de ma féminité et de la vie
qui s’enflamment dans l’essence sacré de mon antre.

Je porte et je transporte,
Je donne et je reçois,
je m’ouvre et je m’accomplis,
Je suis l’ultime protectrice de la force de vie,
Je suis celle qui unit et qui sépare,
Je suis la source de ce qui est.

En mon sein, nul ne craint.
Je suis le refuge vital, l’origine de toute histoire et
de l’histoire aussi.

Je me ressource à ma source,
Je materne la progéniture,
Je couve tous les projets,
Je chéris les plus tendres désirs,
Je crée les plus puissantes images.

Je suis la montagne d’éternité d’où les vents entonnent
des chants d’allégresse.
J’entends les murmures de vos complaintes quand mes
contractions enfantent vos plus ardents secrets.

Je conserve les mémoires d’éternité.

 

© Line Blouin

mahgaia@gmail.com

—————————————————————————————————————

Les saisons de la vie

 

Et Ainsi va le temps changeant …

Le printemps m’accueillit un jour

Ma mère voulait un garçon

Mais, hélas, elle eut une fille

C’était mi-saison et déception

Des printemps sont passés

Tu es parti en automne

Cinq années sur toi j’ai veillé

L’as-tu su que je t’aimais ?

Dans mes pensées tu resteras

C’est en janvier que tu m’as quittée…

Toi mon Père que j’ai tant aimé…

C’était un jour d’été, le soleil brillait

Le ciel était bleu, tout pour être heureux ..

Tout s’est obscurci, mon frère est parti …

Puis vint le temps où fleurit le printemps

C’est en Mai que je t’ai rencontré

Depuis nous fêtons ce jour-là

Et ainsi va la vie qui nous charrie

Deux enfants sont nés en hiver

Le troisième en été, c’était en juillet

J’aime voir la neige tomber

L’été refleurir et le temps passer …

Les saisons ont les couleurs de la vie

Tantôt tristes, tantôt gaies elles nous portent…

Mais c’est le rythme de la vie …

Le printemps, l’été, l’automne, l’hiver …

Je n’ai pas de regret, la vie est bouquet

Que dans mes bras je veux serrer.

 

© Edwige Simon

catherineroger04@gmail.com

—————————————————————————————————————

La couleur du temps!

Le cœur rougeâtre de timidité
S’enflamme puis s’éteint
Le tonnerre gronde
Le ruissellement sur les joues
nettoie le trou noir

La distance progresse
La vitalité du recul rebondit
D’un vert tendre nait
La grisaille s’évacue
De la clarté jaunâtre

Le temps de l’espérance
La couleur de l’expérience se conjugue
Tel un rêve devient réalité
Les pieds se solidifient
Le sourire matinal s’affiche!

© Agathe Melançon

agathemelancon@hotmail.com

—————————————————————————————————————

 

CHRONIQU'ART_NECT'ART_Galerie mp tresart    galerie_mp_tresart_COMMUNIQUE DE PRESSE_NECT_ART    APPELS DE DOSSIERS_NECT'ART_Galerie mp tresart     HISTORI'ART_NECT'ART_Galerie mp tresart    POÈT'ART_NECT'ART_Galerie mp tresart

Close