RÉFLEXIONS SUR LA PSYCHOLOGIE DE L’ART ; CRÉATIVITÉ ET MÉTACOGNITION, LE MÉTA-NIVEAU DE L’ACTIVITÉ MENTALE

RÉFLEXIONS SUR LA PSYCHOLOGIE DE L’ART ; CRÉATIVITÉ ET MÉTACOGNITION, LE MÉTA-NIVEAU DE L’ACTIVITÉ MENTALE

Je parlais l’autre jour avec un de mes amis artistes qui me disait qu’il n’avait pas créé depuis longtemps. En fait, il voulait dire qu’il n’avait pas produit, mais pour un artiste, la production ne peut pas exister sans la création. Et la création est un processus complexe et exigeant que les psychologues tentent d’expliquer par des concepts qui décrivent l’activité mentale. Au centre de ce processus créateur, la métacognition en est l’indispensable composante.

Créer, c’est se mettre en contact avec un aspect de soi-même qu’on ignore. C’est se faire confiance et accepter de se laisser aller dans une partie de son espace intérieur que l’on ne connaît pas, que l’on ne connaîtra jamais complètement : celui de la créativité. C’est évidemment un procédé anxiogène, puisqu’on se retrouve face à l’inconnu qui est en nous, mais c’est en même temps une technique tellement stimulante et enrichissante que le jeu en vaut toutes les chandelles. Et en termes de psychologie, créer, c’est faire appel, de manière consciente et volontaire, à ses capacités métacognitives.

La cognition est une activité mentale par laquelle nous conceptualisons, et comprenons donc la réalité à laquelle nous appartenons, ce qui nous permet d’agir sur cette réalité. Et chacune de nos cognitions est une interprétation de ladite réalité. Mais quand nous sommes mis en présence d’une réalité nouvelle, pour laquelle nous n’avons aucune interprétation immédiatement disponible, nous devons organiser nos cognitions d’une manière originale. C’est à ce moment que nous faisons appel à un autre niveau d’activité mentale, celui de la métacognition.

Le préfixe «méta» signifiait à l’origine «avec» ou «après», mais son sens s’est élargi pour inclure les notions de dépassement, de supériorité. Une activité qualifiée de «méta activité» va au-delà de ce que l’activité originale peut englober. Qu’on pense seulement à la métaphysique, à la métamorphose, à la métaphore ou à la terrible métastase… Au plan cognitif, cette méta activité nous permet de faire des assemblages nouveaux et originaux de nos conceptualisations qui surpassent nos connaissances et de nos activités habituelles. C’est par cette combinaison de cognitions connues et familières que nous pouvons accéder à ce niveau supérieur de l’activité mentale qu’est la métacognition. Et la création est le résultat immédiat de la métacognition.

Et le plus beau de l’histoire, c’est que l’accès à la métacognition, s’il peut se produire de manière accidentelle et forcément aléatoire, peut également et surtout se faire selon un processus volontaire et systématique qui inclut la planification stratégique, le contrôle et l’évaluation de l’activité mentale. Dans les prochains numéros de Nect’Art, je tenterai de définir et d’expliquer ce processus de développement de la créativité et les étapes de sa réalisation.

henri_martin_laval_2014

Henri Martin-Laval,

Psychologue et artiste graphique

Rédacteur pour NECT’ART

http://henriml.com/

_______________________________________________________________________________

Pour consulter les rubriques de NECT’ART, veuillez cliquer sur celles-ci :

CHRONIQU'ART_NECT'ART_Galerie mp tresart    galerie_mp_tresart_COMMUNIQUE DE PRESSE_NECT_ART    APPELS DE DOSSIERS_NECT'ART_Galerie mp tresart    Nouvelles d'artiste - NECT'ART - Galerie mp tresart    HISTORI'ART_NECT'ART_Galerie mp tresart    POÈT'ART_NECT'ART_Galerie mp tresart

Close