CHRONIQU’ART – Octobre 2014

RÉFLEXIONS SUR LA PSYCHOLOGIE DE L’ART – DES FORMES ET DES COULEURS

Le test de Rorschach, mieux connu sous le nom du test des taches d’encre, permet de faire une évaluation de la personnalité d’un individu. Le matériel du test est simple. Il consiste en dix cartes sur lesquelles des taches d’encre noire ou colorée présentent des formes abstraites, mais symétriques. On demande ensuite à la personne évaluée d’identifier ce qu’elle voit dans ces taches. L’interprétation des réponses obtenues est basée sur l’hypothèse psychanalytique de la projection, c’est-à-dire sur le fait que les formes et les couleurs des taches d’encre évoquent une organisation de la perception visuelle du sujet qui exprime sa réalité intérieure, et, plus particulièrement, la structure de sa personnalité. Sans élaborer sur les qualités métrologiques de ce test, ni sur sa fiabilité très contestée comme outil de diagnostic psychologique, certaines observations à son sujet ont des incidences intéressantes sur la psychologie de l’art visuel.

Rorschach_blot

Les deux aspects les plus immédiatement perçus des taches d’encre sont leur forme et leur couleur, et on peut observer des différences intéressantes chez les personnes qui passent le test selon que leurs réponses reflètent plutôt un aspect que l’autre. Les réponses qui font usage de la couleur (par exemple «Cette tache rouge me fait penser à un cardinal.») se retrouvent chez les personnes sensibles, qui ont une humeur joyeuse et qui sont ouvertes aux stimulations extérieures; ces personnes ont également tendance à être désorganisées, instables, facilement influençables et sujettes à des explosions émotives. Les réponses qui sont plutôt basées sur la forme des taches d’encre (comme «Ces deux triangles me font penser à un terrain de baseball») sont données par des personnes qui ont un fort contrôle sur leurs impulsions, une attitude généralement peu émotionnelle, et qui sont introverties et dépressives. Le choix de la forme comme critère d’interprétation des taches serait donc celui de personnes chez qui l’aspect intellectuel est primordial, alors que les personnes qui privilégient la couleur auraient une propension à être plus émotives. En effet, dans l’utilisation de la forme, l’observateur va vers l’objet, il le structure et l’organise à sa convenance, alors que celui qui utilise la couleur laisse l’objet l’influencer.

Et pour tenter d’expliquer cet intéressant phénomène, on peut faire un parallèle entre ces observations et la réponse d’excitation que produisent en nous les couleurs de plus fortes longueurs d’onde. Le rouge produit la plus forte excitation, suivi du jaune et des autres couleurs du spectre, jusqu’au violet, lequel produit l’excitation la plus faible. C’est sans doute ce qui explique que les couleurs chaudes sur une toile semblent plus proches du spectateur que les couleurs plus froides.

Pour en savoir plus sur ce sujet, je vous recommande la lecture de l’excellent Art and the visual perception de Rudolf Arnheim.

henri_martin_laval_2014

Henri Martin-Laval,

Psychologue et artiste graphique

http://henriml.com/

OUTRECUIDANCE OU MODESTIE DU JAUNE ?

Je suis abricot. Je vole comme un canari. Je chatouille vos papilles comme le citron. Je suis joyeuse comme une jonquille. Je rehausse votre fête comme moutarde. J’accueille le nouveau-né dans la paille. Je suis safran stimulant. Je m’étends dans votre assiette comme un œuf!

Moi, outrecuidante? Non. Nulle couleur n’est plus scintillante. Couleur du soleil, j’égaie votre univers, je vous fais rayonner de tous mes feux. Je diffuse mon aura rassurante porteuse d’énergie. Je suis la vie et le mouvement!

J’ai parfois une face cachée quelque peu sombre. On m’associe aux traîtres, au jaune mensonge. J’embrouille les contrastes. Dans un état jaune pâle, contrairement à ma palette de jaune vif, je suis peu régénératrice d’énergie et très nuancée… J’annonce la maladie, la morosité, la tristesse.

Par ailleurs, je suis l’ancêtre des couleurs, associée au pouvoir et à l’égo. Les empereurs de Chine m’ont adoptée et revêtue de soie voluptueuse ainsi que de chastes attributs aussi.

Parfaite compagne du marron, blanc, noir, crème, je réchauffe l’amarante et illumine la pervenche. Je suis la couleur de l’ouverture, du contact social. En toute modestie, je suis l’état de l’esprit qui sait, la relation entre le sujet et l’objet de pensée. Outrecuidante? Pas vraiment, car c’est mon ADN.

 

Symbolique de la couleur JAUNE et ses bienfaits

Dans l’article précédent intitulé Entre l’orange et le pourpre, paru dans la 14e édition NECT’ART, août 2014, j’ai fait l’éloge de Pierre Van Obberghen, fondateur de l’Institut de la couleur et thérapeute de haute réputation. Je le cite à propos du JAUNE: « Quand on observe le JAUNE, la couleur du soleil et des boutons d’or, ce qui interpelle avant toute chose, c’est l’incomparable clarté qui s’en dégage.

Lire la suite…

su_2014

SÜ (suzanne fortin)

www.fortinsuzanne.com

Close