OUTRECUIDANCE OU MODESTIE DU JAUNE ?

OUTRECUIDANCE OU MODESTIE DU JAUNE ?

 

Je suis abricot. Je vole comme un canari. Je chatouille vos papilles comme le citron. Je suis joyeuse comme une jonquille. Je rehausse votre fête comme moutarde. J’accueille le nouveau-né dans la paille. Je suis safran stimulant. Je m’étends dans votre assiette comme un œuf!

Moi, outrecuidante? Non. Nulle couleur n’est plus scintillante. Couleur du soleil, j’égaie votre univers, je vous fais rayonner de tous mes feux. Je diffuse mon aura rassurante porteuse d’énergie. Je suis la vie et le mouvement!

J’ai parfois une face cachée quelque peu sombre. On m’associe aux traîtres, au jaune mensonge. J’embrouille les contrastes. Dans un état jaune pâle, contrairement à ma palette de jaune vif, je suis peu régénératrice d’énergie et très nuancée… J’annonce la maladie, la morosité, la tristesse.

Par ailleurs, je suis l’ancêtre des couleurs, associée au pouvoir et à l’égo. Les empereurs de Chine m’ont adoptée et revêtue de soie voluptueuse ainsi que de chastes attributs aussi.

Parfaite compagne du marron, blanc, noir, crème, je réchauffe l’amarante et illumine la pervenche. Je suis la couleur de l’ouverture, du contact social. En toute modestie, je suis l’état de l’esprit qui sait, la relation entre le sujet et l’objet de pensée. Outrecuidante? Pas vraiment, car c’est mon ADN.

 

Symbolique de la couleur JAUNE et ses bienfaits

Dans l’article précédent intitulé Entre l’orange et le pourpre, paru dans la 14e édition NECT’ART, août 2014, j’ai fait l’éloge de Pierre Van Obberghen, fondateur de l’Institut de la couleur et thérapeute de haute réputation. Je le cite à propos du JAUNE: « Quand on observe le JAUNE, la couleur du soleil et des boutons d’or, ce qui interpelle avant toute chose, c’est l’incomparable clarté qui s’en dégage.

En effet, de toutes les couleurs, le JAUNE est celle qui apporte à la vision la plus grande part de luminosité et elle porte en elle une telle brillance qu’elle est capable de frapper l’œil avec grande intensité.

Le JAUNE tel un soleil au zénith, par un beau jour d’été, illumine la vision et apporte à celui qui le contemple l’énergie nécessaire à l’éveil de sa conscience. »

Que faisons-nous l’hiver lorsque nous nous sentons en perte d’énergie? Les uns vont dans le sud chercher la lumière, les autres, plus audacieux, utilisent la luminothérapie pour garder le moral. Il est évident que le JAUNE représente en termes de besoins essentiels « le besoin de lumière et de clarté, le besoin d’avoir une individualité propre et une identité, tout comme le besoin de réfléchir, de pouvoir comprendre et d’analyser », toujours selon Pierre Van Obbergen.

La couleur transcende le pigment et sa composition. Le JAUNE est un stimulant psychique et lymphatique. Il est un antidiabétique. Il aide à la digestion et influence positivement l’estomac. Vous aurez compris que c’est de la chromothérapie dont je fais mention pour traiter les anomalies du corps, de l’esprit, de l’âme et du cœur, sous toutes leurs formes.

« La couleur thérapie désigne un ensemble de techniques thérapeutiques utilisant les propriétés de la lumière colorée afin de provoquer des réactions d’ajustement physiologique favorables au maintien ou au rétablissement de la santé. Ce système basé sur des principes simples de biologie et de physiologie est lié aux lois de la lumière, de l’optique et des phénomènes électromagnétiques », un petit rappel des découvertes de Pierre Van Obbergen.

www.color-institute.com

VAN OBBERGHEN, Pierre. Traité de Couleur Thérapie Pratique, GUY TREDANIEL EDITEUR, 2007, 450 p.

 

Le JAUNE dans le monde des arts

Le Judas de deux maîtres

À partir du XVe siècle, les artistes ont davantage recours à l’expression corporelle qu’à la symbolique des couleurs pour indiquer le rôle des figures. Ainsi, le Judas de La Cène de Leonardo da Vinci a la même tenue que ses voisins alors que Giotto di Bondone, de l’époque du Trecento, au XIVe siècle, peint Judas avec une robe JAUNE dans la scène de la trahison du Christ. D’un siècle à l’autre, sous l’influence de la peinture de Giotto di Bondone, qui provoqua le vaste mouvement de la Renaissance, voilà que Leonardo da Vinci délaisse la symbolique du JAUNE pour mettre la couleur en valeur, sans discrimination, tout comme le font les artistes hollandais de la même époque.

 

La chambre de Vincent van Gogh à Arles

En 1888, ébloui par la lumière d’Arles, Vincent van Gogh loue la petite maison JAUNE de la place Lamartine. Il réalise trois huiles sur toile presque identiques sous le même thème: sa chambre dans la maison JAUNE. L’objet mis en valeur dans la pièce est le lit. Il nous apparaît douillet, invitant, solide, quoique simple. Il suggère la chaleur, le confort et la sécurité. On a envie d’y plonger et de rêver aux anges. Le JAUNE DE CHROME y est sans doute pour beaucoup!

Un petit clin d’œil à propos de l’huile: au-dessus du lit, on aperçoit deux tableaux en miniature de Vincent van Gogh rappelant le portrait du peintre Eugène Boch, dit le Poète ou le Peintre aux étoiles, se trouvant en format réel au musée d’Orsay à Paris et, à sa droite, celui de Paul-Eugène Milliet, second lieutenant au 3e régiment des zouaves, à Arles. Vincent van Gogh a donné au lieutenant des leçons de dessin et, en échange, Milliet a pris certaines peintures de van Gogh pour les apporter à Paris afin de les vendre.

La première oeuvre, La chambre de Van Gogh, exécutée en octobre 1888, est conservée au musée Van Gogh d’Amsterdam. Elle fut détériorée lors d’une inondation survenue à l’atelier du maître pendant son hospitalisation lorsqu’il s’est coupé l’oreille.

En 1889, van Gogh entreprend la deuxième version, sous le même titre, à la demande de son frère, en attendant que l’originale, la première version, soit restaurée. Sans vouloir faire une copie exacte du tableau peint en 1888, van Gogh réalise un second ayant les mêmes dimensions. Il est conservé aujourd’hui à l’Art Institute de Chicago.

Encouragé par le résultat, le peintre fait une troisiè version avec la même thématique, mais de format plus réduit. Il l’offrira à sa sœur, et non à sa belle-mère ou à sa mère comme il en est souvent rapporté. L’huile se trouve au musée d’Orsay à Paris.

Faites-vous plaisir, allez voir en haute définition ces chefs-d’œuvre « réconfortants » grâce au JAUNE abondant. L’ensemble des trois consiste en une étude approfondie des lignes de fuite démontrant que l’artiste joue avec les règles traditionnelles de la perspective issues de la Renaissance.

L’accent pictural est clairement mis sur la couleur: une combinaison rigoureuse des surfaces colorées qui suppléent à l’instabilité de la perspective.

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Chambre_de_Van_Gogh_%C3%A0_Arles

Sachez que, dans une lettre adressée à son frère Théo, Vincent van Gogh explique ce qui l’incite à peindre une telle oeuvre : il veut exprimer la tranquillité et faire ressortir la simplicité de sa chambre au moyen du symbolisme des couleurs.

Pour ce faire, il décrit la toile de cette façon: « les murs sont lilas pâle, le sol d’un rouge rompu et fané, les chaises et le lit JAUNE DE CHROME, les oreillers et le drap citron vert très pâle, la couverture rouge sang, la table à toilette orangée, la cuvette bleue, la fenêtre verte ». Puis il ajoute: « J’ai voulu exprimer un repos absolu en peignant avec toutes ces teintes diverses ».

Van Gogh fait référence à ses crépons et à ses estampes provenant du Japon. Il se justifie ainsi : « Les Japonais ont vécu dans des intérieurs très simples ». Même si, aux yeux des Japonais, une chambre ornée de tableaux et de meubles ne semble pas véritablement simple, pour Vincent van Gogh, c’est « une chambre à coucher vide avec un lit en bois et deux chaises ». Dans l’ensemble, Il reflète un certain dépouillement par sa composition. http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/recherche/commentaire/commentaire_id/la-chambre-de-van-gogh-a-arles-16367.html

 

Le JAUNE même sur quatre pattes!

Connaissez-vous le mouvement The YELLOW Dog Project? Un autre signe que le JAUNE va à tous!

C’est une initiative lancée en Alberta en 2012 par Tara Palardy, inspirée par des propos porteurs de compassion dénichés sur un site Internet de Suède. Cette tendance se retrouve partout autour du globe et même ici, au Québec. Il s’agit de mettre un foulard JAUNE au cou de votre chien lorsqu’il a besoin de se retrouver dans sa bulle selon les humeurs du jour. Ce foulard n’indique absolument pas que votre toutou souffre d’agressivité. Soit il a besoin qu’on cesse, pour le moment, tout ce verbiage d’affection, de commandements qui le rend confus, ou qu’il ne veut pas socialiser au parc à chiens aujourd’hui. Respectons sa bulle et que le JAUNE lui fasse grand bien!

 

Respirez JAUNE. Gavez-vous de JAUNE. Portez du JAUNE. Vous vous sentirez mieux!

 

su_2014

SÜ (suzanne fortin)

www.fortinsuzanne.com

 

 

 

Close